• Facebook Social Icône

© 2017, Congrégation du Saint-Esprit

Musée spiritain des arts africains

Communauté Saint-Joseph

4 Montée de la Butte

26400 Allex

logo de la congrégation du Saint-Esprit

Témoignages

"Ce musée est un vibrant témoignage de spiritualité et d’œcuménisme, et une grande marque de respect d’autrui.

Le monde est divers, complexe, et parfois désolant.

Le musée apporte paix, ouverture et intelligence de l’homme"

"Merci d’avoir donné un sens profond à ce nouveau musée, et de donner à comprendre autant qu'à voir"

« Quelles sont nos racines ? » Le masque, le reflet de l’autre : merci d’exister"

Où se trouve le musée ?

Le musée spiritain des arts africains est situé au sein de la communauté spiritaine Saint-Joseph, à Allex dans la Drôme.

Allex est un charmant "village perché" construit sur une colline qui domine la vallée de la Drôme. Situé à une vingtaine de minutes de Valence, la commune compte 2500 habitants et profite d'une situation stratégique, à mi-chemin entre Lyon, Grenoble et Avignon, sur l'axe nord-sud entre Paris et Marseille, au cœur d'un département qui met l'accent sur le tourisme et la nature.

La communauté est installée dans un château de style italien du XVIIIe siècle, qui a été agrandi par l'ajout de deux nouvelles ailes dans les années 1930, inspirées par la basilique Saint-François d'Assise. Une douce atmosphère méditerranéenne baigne ainsi ce lieu qui accueille toute l'année un large public en quête de dialogue spirituel et de rencontres.

 

Histoire des collections

La Congrégation du Saint-Esprit, est une société missionnaire catholique fondée en France en 1703, avec pour mission d'apporter le message de l’Évangile dans le monde entier.

Elle agit plus particulièrement auprès des populations les plus déshéritées, leur apportant soutien matériel et réconfort spirituel.

Établie en Afrique depuis le début du XIXe siècle, la Congrégation a joué un rôle très important dans l'évangélisation du continent noir. Annonçant le rôle futur des Spiritains en Afrique, le père Schwindenhammer (supérieur général de l'époque) affirmait en 1853 : "Nous devons considérer l'Afrique comme notre âme et la considérer comme l'œuvre principale de notre congrégation".

D'abord en charge du Vicariat des Deux Guinées qui s'étendait sur un immense territoire le long de la côte ouest (du Sénégal à l'Afrique du Sud), puis installés sur les rives de l'Afrique de l'Est (Zanzibar, Bagamoyo), les Spiritains prennent dans les années 1880 la responsabilité des territoires de la future Afrique équatoriale française (Gabon, Congo, République centrafricaine et une partie du Tchad).

Depuis ces débuts, leur présence sur le continent africain n'a jamais faibli.

 

Missionnaires

et ethnologues

L'évangélisation des peuples africains exige une connaissance approfondie des langues locales ainsi que des coutumes de chaque groupe ethnique.

Participant activement à la fin du XIXe siècle au développement de l'ethnologie, cette science naissante, de nombreux missionnaires spiritains acquièrent des connaissances linguistiques et ethnographiques qui, un siècle plus tard, font encore référence.

En retour, les spiritains développent un grand respect pour les peuples et les cultures qu'ils découvrent.

Parmi les pays sous leur responsabilité, le Gabon et le Congo actuels sont sans doute le champ de prédilection de la recherche ethnographique menée par les missionnaires spiritains, les plus connus étant les pères Augouard, Le Roy, Trilles, Tastevin ou Estermann.

Leurs œuvres, certes marquées par leur époque, reflètent un grand pas en avant dans la pensée occidentale, qui oriente enfin ses ressources vers la compréhension bienveillante des cultures étrangères.

Les missionnaires Spiritains mènent alors d'importantes collectes sur le terrain.

Depuis plus d'un siècle, ils envoient en France des centaines d'objets dispersés sur les différents sites de la Congrégation ou partiellement assemblés dans de petits musées missionnaires.

Suite à la récente restructuration de divers lieux de la Congrégation en France, la question de la préservation et de la mise en valeur des collections spiritaines est devenu urgent.

L'idée d'un nouvel espace ouvert au public est apparue, qui permettrait de mettre en valeur la culture africaine en invitant au respect et à la reconnaissance de sa richesse spirituelle et artistique. Le projet du Musée Spiritain des Arts Africains était né.

 

Le quotidien et le sacré

Les collections spiritaines constituent un témoignage exceptionnel de la vie, des traditions, de l'art et des croyances des populations d'Afrique équatoriale à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle.

La grande majorité des oeuvres réunies par les missionnaires spiritains sont originaires du Gabon, du Congo Brazzaville et du Congo Kinshasa.

Le panel des artefacts conservés dans les collections est large et concerne autant le quotidien (outils, plats, sièges, armes, parures, etc.), que le sacré (rites d'initiation, liturgie des sociétés initiatiques, pratiques thérapeutiques ou divinatoires, etc.) avec de nombreux masques et statues, dont quelques merveilles de l'art Africain.

La plupart de ces objets, miraculeusement préservés, sont restés jusqu'à présent inédits pour le grand public et les spécialistes.

Ce projet est une formidable opportunité de les sortir de l'ombre et de les rendre accessibles à tous.

 

Conservation et accès au public

Le musée, adapté aux standards modernes de conservation et d'accueil, se présente sous la forme d'un plateau d'exposition de 200 mètres carrés, rythmé par des îlots/vitrines se déployant graduellement dans l'espace et dans lesquels viennent se loger les œuvres. Il a été conçu par les agences NeM architectes et Gernay architectes, en partenariat avec Nicolas Rolland, conseiller scientifique du projet.

Il se veut avant tout espace de dialogue, ouvert au monde contemporain et à ses questionnements, dans une perspective d'enrichissement mutuel.

Jeunes et moins jeunes, chrétiens ou non, amateurs d'arts ou novices, tous sont invités à découvrir les richesses de la culture africaine d'hier et d'aujourd'hui, dans un esprit d'ouverture et de simplicité.